Ressources utiles

Foire aux questions

Trouvez, ici, les réponses aux principales questions que vous pourriez vous poser dans votre projet de rénovation

Enveloppe

Quel est le meilleur isolant ?

La performance d’une isolation est représentée par sa résistance thermique notée R.

Elle est le rapport entre l’épaisseur et la conductivité thermique, qui est propre à chaque matériau.

À épaisseur égale, un isolant ayant une plus petite conductivité sera plus efficace. À l’inverse, on peut atteindre une performance R donnée avec n’importe quel isolant, avec des épaisseurs légèrement différentes.

D’autres aspects tels le comportement à la vapeur d’eau, la résistance au feu, la rigidité, la participation au confort d’été ou encore l’aspect environnemental sont à prendre en compte pour trouver le meilleur choix adapté à chaque problématique.

Est-il préférable d’isoler mes murs par l’intérieur ou par l’extérieur ?

L’isolation par l’extérieur ne présente quasiment que des avantages techniques (nouveau parement extérieur, pas de perte de surface habitable, maintien de l’inertie des murs dans le volume chauffé, suppression des ponts thermiques, possibilité d’habiter le logement pendant les travaux) et un inconvénient majeur : elle est plus chère.

Cependant les deux options doivent se comparer en tenant compte de l’intégralité des coûts : ravalement en cas d’isolation intérieure, modification des réseaux d’eau, d’électricité et de chauffage, nécessité initiale de faire des travaux d’embellissement intérieur…

J’isole mes combles perdus, dois-je enlever l’ancien isolant ?

Il n’y a pas de réponse définitive à cette question. Il faut l’enlever en cas de problème d’humidité, s’il y a risque de surpoids sur le plafond ou s’il n’y a pas assez de place pour rajouter une épaisseur conséquente d’isolant par-dessus (il ne faut pas que l’isolant touche les tuiles en bas de pente).

Dans le cas d’une isolation biosourcée, il peut paraître dommage de la mélanger avec de l’ancienne laine de verre ou de roche car on perd alors le caractère recyclable. Cependant, l’enlèvement à un coût (6 à 10 € /m²), et même vieux, une fine couche d’isolant continue à apporter un petit peu d’isolation.

Chauffage - Eau chaude Sanitaire

Comment bien réguler son chauffage ?

Le chauffage est le poste principal de dépense dans le logement, entre 60 et 80 % du budget. Avant toute chose, il faut comprendre que le besoin de chauffage compense le manque d’efficacité du bâtiment, pensez d’abord à isoler et renforcer l’étanchéité à l’air de votre logement avant de vous attaquer au chauffage.

Un logement très bien isolé peut voir ses besoins de chauffage divisés par 10 !

La température de consigne représente une bonne marge de manœuvre, ainsi la nuit 16°C peuvent suffire tandis que 19°C le reste du temps est la norme, par ailleurs prévue dans la loi et dans les calculs de conception. Mais, selon les activités plus ou moins remuantes, la notion de confort varie d’une personne à l’autre. Nous traitons ici des recommandations d’usage pour faire des économies.

Pour réguler son chauffage de façon optimale pièce par pièce, des robinets thermostatiques sur vos radiateurs pourront limiter le chauffage dans les pièces moins occupées. Il existe des robinets domotiques pilotables par informatique.

Un programmateur de chaudière pourra aussi limiter le chauffage à certaines heures de la journée (si logement vide) ou de la nuit (besoins de confort moins importants).

Vous pouvez aussi anticiper certaines journées très ensoleillées (même en hiver) pour diminuer le chauffage pour peu que l’orientation du logement optimisent les apports gratuits solaires. Une maison correctement conçue au niveau bioclimatique peut compenser 15 à 20 % de son chauffage avec le soleil.

Lors d’une absence de plus de 2 jours, pensez à baisser le chauffage de façon significative sans pour autant le couper afin d’éviter les surconsommations au moment de réchauffer le logement.

Un entretien régulier du système de chauffage est indispensable à son bon fonctionnement et sa durée de longévité.

Est-on obligé d’installer un système de régulation en cas de remplacement de chaudière dans l’existant ?

Oui, la RT (Réglementation Thermique) existante demande à ce que les équipements de régulation et de programmation soient présents s’il y a changement ou installation d’une chaudière, sauf si l’installation en est déjà munie

Guichets Rénov’Occitanie

Doit-on passer par les guichets Rénov’Occitanie pour bénéficier des aides financières ?

Les Guichets Rénov’Occitanie n’octroient pas d’aides financières. Toutefois, il est fortement conseillé de les solliciter car ils ont une parfaite maitrise et connaissance de l’ensemble des aides financières mobilisables et ils pourront vous apporter un conseil technique sur les travaux envisagés

Est-ce que les guichets Rénov’Occitanie peuvent conseiller des entreprises ?

Oui, les guichets Rénov’Occitanie peuvent apporter un premier niveau d’information et de conseil à des entreprises.

Cependant, en fonction du contenu de la demande et du type d’entreprise d’autres dispositifs d’information ou d’accompagnement existent en Occitanie et seront plus pertinents. Votre guichet Rénov’Occitanie saura vous orienter si besoin. Une assistance est notamment proposée par Envirobat Occitanie pour les professionnels du bâtiment.

En savoir plus

Est-ce que les guichets Rénov’Occitanie sont liés à la Région ?

Oui. Cependant quand vous appelez un guichets Rénov’Occitanie … vous n’appelez pas la Région !

Les guichets Rénov’Occitanie sont portés majoritairement par des collectivités et des associations. La Région soutient financièrement le service Rénov’Occitanie. Elle anime et coordonne le réseau des conseillers avec l‘appui de l’AREC.

Est-ce que les Guichets Rénov’Occitanie sont payants ?

Non, les guichets Rénov’Occitanie font partie du service public de la performance énergétique de l’habitat. Le service de conseil apporté est neutre et gratuit. Cette gratuité est possible grâce au financement du service par la Région Occitanie, le programme CEE SARE et les collectivités.

Les prestations d’accompagnement (audit et accompagnement à la réalisation des travaux) proposées sont facturées à coût réduit grâce au soutien financier de la Région Occitanie.

Est-ce que les conseillers Rénov’Occitanie se déplacent à domicile ?

Oui, si vous vous engagez dans un parcours d’accompagnement, le conseiller ou l’opérateur Rénov’Occitanie de votre territoire se déplacera chez pour la réalisation de l’audit et le suivi de la réalisation des travaux.

En fonction de vos besoins, des bureaux d’études spécialisés peuvent également proposer des prestations… Renseignez-vous auprès de votre Guichets Rénov’Occitanie.

Fournisseurs d’énergie

Je veux changer de fournisseur d’énergie, comment procéder ?

Tout d’abord, nous vous recommandons de comparer les offres. Le médiateur national de l’énergie (autorité publique indépendante) propose un comparateur des fournisseurs d’électricité et de gaz naturel neutre sur son site.

Ensuite, vous pouvez changer de fournisseur tout simplement en contactant celui que vous avez choisi.

Si vous conservez le même type d’offre, vous n’aurez aucun frais de résiliation ou d’intervention technique (sauf si l’électricité a été coupée. Dans ce cas le gestionnaire de réseau peut vous facturer la remise en service).

La continuité de la desserte d’énergie est assurée par le gestionnaire de réseau (généralement Enedis et GRDF).

Qu’est-ce qu’une offre d’énergie verte ?

En choisissant une offre d’électricité verte, un consommateur achète (via son fournisseur d’énergie) des certificats appelés Garanties d’Origine (GO), émis par des producteurs d’énergies renouvelables (EnR).

Néanmoins, ces garanties d’origine ne signifient pas que l’énergie que vous consommez provient d’une installation d’énergie renouvelable. Elles sont la preuve qu’une quantité d’électricité équivalente à celle consommée a bien été produite dans une installation renouvelable et injectée dans le réseau électrique, quelque part en Europe.

Globalement, deux niveaux d’offres énergie verte existent :

  • « standard » le fournisseur d’énergie achète des Garanties d’Origines sur le marché Européen d’un côté et de l’énergie d’origine nucléaire, fossile et renouvelable de l’autre.
  • « premium » le fournisseur d’énergie achète l’électricité et les Garanties d’Origine en direct auprès des producteurs d’EnR.

L’ADEME a publié un document présentant deux niveaux d’offres vertes

Téléchargements

Les avis de l'ADEME - Les offres d'électricité verte - décembre 2018
Les avis de l’ADEME - Les offres d’électricité verte - décembre 2018
706.4 ko

Production d’énergie renouvelable

Comment évaluer la pertinence économique d’un devis photovoltaïque ?

L’association Hespul (une association spécialisée dans les énergies renouvelables ayant créé le Centre National de ressources sur le photovoltaïque avec le soutien de l’ADEME) a réalisé un outil pour évaluer son devis : https://evaluer-mon-devis.photovoltaique.info/

Pour vous guider dans le remplissage des champs de l’outil, vous pouvez suivre la présentation vidéo associée : https://youtu.be/hGLVNKl9Cdk

Les conseillers Rénov’Occitanie sont également à la disposition du public afin d’étudier vos devis. Contactez le guichet Rénov’Occitanie le plus proche de chez vous.

Quels sont les tarifs d’achat de l’électricité produite par les installations photovoltaïques ?

Actuellement les tarifs d’achat sont réglementés par un arrêté tarifaire du 9 mai 2017.

Règlementation

Est-il possible d’apposer une mention manuscrite au moment de la signature du devis de type “sous réserve d’acceptation de la subvention Eco-Chèque de la Région Occitanie et MaPrimeRénov’” ?

Oui, les documents contractuels entre l’entreprise et ses clients doivent retranscrire les négociations et décisions qu’ils ont menées en amont.

Il est tout à fait possible d’inclure la mention “devis accepté sous réserve de …”. Elle a valeur juridique. Toutefois, l’entrepreneur peut demander une caution afin de s’assurer de l’engagement de son client. Cette dernière pourra être restituée dans le cas où les aides financières sont refusées (sur présentation d’un document attestant de ce refus).

J’aménage ma grange en habitation. Quelle réglementation thermique dois-je appliquer ?

Les travaux effectués dans le cadre d’un changement d’usage d’un local (par exemple, l’aménagement en habitation d’une grange, la transformation de bureaux en logements…) sont soumis à la réglementation thermique du bâtiment existant.

Quelle réglementation est applicable aux travaux de destruction/reconstruction réalisés sur des bâtiments existants ?

Un bâtiment ou une partie de bâtiment existant détruit partiellement puis reconstruit, est soumis à la Réglementation thermique du bâtiment existant (volet global ou élément par élément selon le cas). Il existe une exception à ce principe : si un mur est conservé car il s’agit d’un mur mitoyen avec un autre bâtiment, le bâtiment sera soumis à la RT2012.

Une construction ou une extension inférieure à 50 m² est-elle soumise à la RT (Réglementation Thermique) 2012 ?

Non, elle est uniquement soumise aux exigences de performances de la RT existant par élément.

Une attestation RT 2012 ” adaptée” devra être jointe au dépôt du permis de construire.

Fiche d’application et génération des attestations sur www.rt-batiment.fr

Urbanisme : doit-on avoir recours à un architecte dans le cas d’une construction et/ou d’une extension ?

Oui, le recours à un architecte est obligatoire pour tout maître d’ouvrage dès le premier m2 construit. Cependant, dans le cas d’une auto construction ne dépassant pas 150 m² de surface de plancher, cette règle n’est plus obligatoire.

J’habite une copropriété, devons-nous prévoir l’isolation dans le cadre de la réfection de la toiture ou d’un ravalement de façade ?

Oui, le décret du 30 mai 2016 impose d’embarquer l’isolation lors de travaux importants. Le décret précise plusieurs cas de dérogations pour des raisons architecturales, techniques, juridiques ou encore économiques.

Relations avec les professionnels

L’établissement d’un devis peut-il être payant ?

Un devis est nécessaire lorsque les produits ou prestations de service sont complexes et personnalisés (par exemple : isolation des combles chez un particulier). C’est une offre de contrat qui engage les deux parties (prestataire et client) dès qu’il est accepté. Il est obligatoire dans le cas de travaux de rénovation où la facture est supérieure à 150 euros. Il doit être réalisé (et accepté par le client) avant le début des travaux.

Un devis doit mentionner :

  • La date du devis
  • Le nom et l’adresse de la société
  • Le nom du client
  • La date de début et la durée estimée des travaux
  • Le décompte détaillé de chaque prestation en quantité et prix unitaire
  • Le prix de la main d’œuvre
  • Les frais de déplacement
  • La somme globale à payer HT et TTC
  • Le caractère gratuit ou payant du devis
  • L’ensemble des caractéristiques exigées par les financeurs en cas de sollicitation d’une aide pour les travaux d’amélioration énergétique (qualification RGE de l’entreprise, marque, modèle et performance des produits, etc).

En effet, si un devis est en principe gratuit, il n’est pas interdit à un artisan de facturer cette prestation. C’est par exemple le cas lorsque l’établissement du devis réclame un déplacement ou des études approfondies de la situation. Dans ce cas, l’artisan doit impérativement informer le client du caractère payant de son devis ainsi que son montant exact.

Pour plus d’informations, nous vous renvoyons vers cet article de la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF).

Comment identifier et/ou éviter les arnaques en matière de rénovation énergétique ?

La fraude et les pratiques trompeuses sont malheureusement encore nombreuses dans le secteur de la rénovation énergétique. Une enquête de 2018 a montré que 56% des établissements contrôlés présentaient des anomalies.

Comment faire ses travaux sans être victime d’une arnaque ?

La DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes) a édité un document avec 8 réflexes à avoir avant de se lancer dans des travaux de rénovation.
Parmi ces conseils :

  • Renseignez-vous auprès d’un conseiller Rénov’Occitanie
  • N’oubliez pas que les services publics ne démarchent jamais
  • Ne signez jamais l’attestation de fin de travaux avant que ces derniers ne soient totalement terminés

Vous pouvez également consulter cette page dédiée aux pratiques déloyales et trompeuses dans le secteur des énergies renouvelables et de la rénovation thermique.

En résumé, n’hésitez pas à demander conseil et à comparer les offres !

Quelle est la différence entre un Diagnostic de Performance Energétique (DPE) et un audit énergétique ?

Les deux servent à définir la performance énergétique du bâtiment/logement. Le Diagnostic de Performance Energétique (DPE) est une étude simplifiée comparée à l’audit.

Le DPE est basé sur des consommations théoriques et n’intègre pas les habitudes de consommation, le niveau de confort… les consommations d’énergie prises en compte sont uniquement le chauffage, le refroidissement, et la production d’eau chaude.

Quant à l’audit, il intègre l’éclairage, la ventilation, les habitudes de consommation, la situation du logement etc. Des éléments techniques et financiers sont également apportés.

Globalement, la différence s’effectue donc dans le niveau d’étude énergétique du logement/bâtiment, ce qui implique un coût plus élevé pour l’audit (entre 600 et 1 000€ contre 150 à 300€ pour un DPE).

Pour plus d’informations sur les diagnostics existants nous vous invitons à consulter cette fiche récapitulative des outils et intervenants existants.

Où trouver un professionnel RGE ?

Pour trouver un professionnel RGE proche de chez vous, il suffit de vous rendre sur le site FAIRE

En savoir plus

Pourquoi passer par un professionnel RGE ?

La mention RGE « Reconnu Garant de l’Environnement » est une reconnaissance accordée par les pouvoirs publics et l’ADEME à des professionnels du secteur du bâtiment et des énergies renouvelables engagés dans une démarche de qualité. Les aides financières sont actuellement conditionnées d’avoir recours à un professionnel ayant une qualification RGE.

Donc, pour bénéficier des aides financières disponibles, vous devez faire réaliser les travaux par des entreprises RGE.

Comment effectuer une réclamation par rapport à une entreprise qualifiée RGE (Reconnue Garant de l’Environnement) ?

Vous pouvez faire une réclamation sur le site www.faire.fr, cela sera automatiquement transmis à l’organisme qui a attribué la qualification RGE à cette entreprise.

Plusieurs problématiques peuvent être signalées : pratiques commerciales douteuses, absence de fourniture de devis, travaux mal réalisés, etc. En parallèle, nous vous recommandons de vous rapprocher des services de l’État de votre département

Si l’entreprise est partenaire « éco-chèque de la Région Occitanie », vous pouvez également envoyer votre réclamation à l’adresse mail : ecocheque@laregion.fr

Ventilation

Si je bouche mes entrées d’air, est-ce néfaste pour mon logement ?

Oui, l’extraction est réglementée par des débits sanitaires minimum, les exigences sont réunies dans le DTU 68.3. Boucher les entrées d’air nuit à l’équilibre entre entrée et extraction, donc au débit d’air sanitaire.

La ventilation des bâtiments permet d’évacuer les odeurs, les polluants et l’excès d’humidité pouvant occasionner le développement de moisissures.

Dans le cas d’un chauffage par combustion avec alimentation en air interne, la ventilation permet l’évacuation du monoxyde de carbone, gaz inodore et incolore pouvant entraîner de graves intoxications car une concentration de 0,1% par m3 d’air peut entraîner vomissement et évanouissement, à 1% par m3 d’air il est mortel. En France, le monoxyde de carbone est responsable d’une centaine de morts par an.

Je change mes fenêtres, dois-je prévoir une entrée d’air ?
  • Oui, dans le cas d’une VMC simple flux, les entrées d’air sur les fenêtres sont obligatoires pour respecter les débits sanitaires.
  • Non, dans le cas d’une VMC double flux, ce système inclut l’entrée d’air et l’extraction donc pas d’entrée d’air sur les fenêtres.

Entrée d’air pour VMC autoréglables (noté EA) selon la norme NF E51-732 correspond au débit d’air sous 20 Pascal. Les modules sont 22, 30 ou 45.

Ces entrées d’air sont équipées de réglette en plastique dont on casse les extrémités prédécoupées pour régler la bonne valeur de débit.

Exemple : un module EA22 correspond à un débit de 22m3/h.

Entrée d’air pour VMC hydroréglables (noté EHA) sont définies par une section en centimètre-carré qui correspond à la variation du débit en fonction de l’humidité.

Exemple : une EHA 5-30 est une entrée d’air hygrovariable dont le débit varie entre 5 et 30 cm2 sous une différence de 10 Pa.

Comment savoir quel débit extraire ?

NF DTU 68.3 – Installations de ventilation mécanique (juin 2013)

Débits à extraire minimum pouvant être atteint simultanément ou non (m3/h) selon l’arrêté du 24 mars 1982 modifié

Nombre de pièces principales du logement Global (mini) Cuisine (mini) Cuisine (maxi) Salle de bains ou de douches communes ou non avec les WC Autres salles d’eau WC unique WC multiples
1 35 20 75 15 15 15 15
2 60 30 90 15 15 15 15
3 75 45 105 30 15 15 15
4 90 45 120 30 15 30 15
5 105 45 135 30 15 30 15
6 120 45 135 30 15 30 15
7 135 45 135 30 15 30 15

Dans le cas d’une Ventilation double flux, voir le guide RAGE.

A quelle fréquence dois-je nettoyer mon groupe de VMC ?

Norme NF DTU 68.3 et recommandation professionnel RAGE

Les bouches d’extraction doivent être dépoussiérées régulièrement, il est recommandé un nettoyage et/ou dégraissage au moins 2 fois par an pour les sanitaires et 3 fois par an pour la cuisine.

Dans le cas de VMC double flux, les fabricants recommandent un nettoyage des bouches de soufflage au moins une fois par an avec une vérification de l’ensemble du réseau et changement des filtres.

Ma VMC peut-elle évacuer dans mes combles ?

La référence pour la mise en place des VMC est la NF DTU 68.3 de juin 2013.

Selon les règles de l’art professionnel, l’air extrait doit être rejeté à l’extérieur du logement de façon à éviter la reprise d’air vicié par les ouvrants et les entrées d’air, soit une distance minimum de 40 cm de tous les ouvrants et 60 cm de toutes entrées d’air. Le rejet dans les combles, le garage ou le vide sanitaire est interdit.

Le rejet doit se faire en toiture avec une cheminée et un chapeau pare-pluie spécifique dans le tiers supérieur de la toiture, l’utilisation de tuile à douille avec lanterne ou chatière est interdite.

Dans quel cas la VMC double flux est-elle intéressante ?

La VMC double flux est à réserver aux bâtiments dont l’isolation et surtout l’étanchéité à l’air est particulièrement efficiente.

Le rendement d’une VMC double flux est directement lié à cette étanchéité, l’intérêt étant de connaître et de contrôler au plus près le débit d’air entrant / sortant et donc de n’avoir aucune fuite parasite pour ajuster au plus juste le chauffage et/ou rafraîchissement du bâtiment.

La tolérance d’étanchéité de la RT2012 est de 2,3 vol/h tandis que sur une maison passive, elle est de 0,6 vol/h.

La mauvaise étanchéité d’un bâtiment peut entraîner des sur-consommations de chauffage de l’ordre de 9 kWh/m2/an.

Quels sont les avantages du puits canadien hydraulique par rapport à l’aéraulique ?

Le puits canadien est un système géothermique de surface où l’inertie thermique du sol est utilisée pour préchauffer ou rafraîchir l’air du logement. La climatisation fait partie des systèmes basés sur l’aéraulique.

Le puits canadien hydraulique présente l’avantage de diminuer les risques de mauvaise qualité de l’air et est plus simple à installer car il n’est pas nécessaire d’avoir une pente. Les performances sont équivalentes à celle d’un circuit aéraulique.